Urbain Girod est notre premier arboriculteur-partenaire. Avec sa fille Audrey, il s’occupe de deux hectares de verger en partenariat avec La Fondation Opaline.

Mais pourquoi a-t-il eu envie de se lancer dans cette aventure? C’est ce que nous avons voulu savoir…

 

Urbain, comment est né ce partenariat?

Dans un bar! Je buvais un verre avec Sofia (de Meyer, co-fondatrice des jus Opaline) et nous avons commencé à discuter de ce projet.

 

Qu’est-ce qui t’a plus dans ce projet?

J’ai aimé le fait de rendre nos terres accessibles à tous. J’aime l’idée de faire sortir les gens des villes et avoir l’occasion de revaloriser notre métier d’agriculteur.

 

Pourquoi penses-tu que le métier d’agriculteur a besoin d’être revalorisé?

Nous, les agriculteurs, avons de la peine à expliquer ce que nous faisons alors que je sens que les gens ont besoin de comprendre notre travail. Ils veulent savoir. Ils veulent surtout être rassurés. A force de lire les journaux, le grand public pense qu’on fait tout faux, qu’on détruit les sols alors que ce n’est pas du tout le cas. On n’a aucun intérêt à détruire notre outil de travail qu’est la terre. Comme parler aux gens n’est pas forcément notre fort, La Fondation Opaline permet de rétablir ce lien essentiel entre le grand public et nous, agriculteurs.

 

La Fondation Opaline permet de rétablir ce lien essentiel entre le grand public et nous, agriculteurs.

 

Ça fait un peu plus d’une année que le projet des vergers participatifs a été lancé. Comment ça se passe?

Pour l’instant, les personnes qui viennent sur le verger sont surtout des gens qui sont déjà sensibles à la nature. Une grande partie de la population est encore complètement déconnectée de la terre et il va certainement falloir une ou deux générations pour que les choses changent.

 

Tu restes pourtant optimiste…

Oui! Surtout quand je vois des enfants qui viennent assister à des ateliers organisés dans le verger. Peut-être que, comme pour le tri des déchets, ce sont eux qui vont rentrer à la maison et expliquer à leurs parents ce qui se passent dans la nature et pourquoi il est si important d’en prendre soin.

 

Grâce à notre partenariat avec Urbain Girod, 900 pommiers mi-tiges bio ont pu être plantés depuis le printemps 2018. Plus qu’un verger, ce coin de nature situé à Bex (VD) est un lieu de vie et d’échange pour petits et grands qui peuvent venir s’y promener comme assister à des ateliers de sensibilisation à la nature.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *