Dans le cadre de La Fondation Opaline, nous organisons régulièrement des ateliers de sensibilisation à la nature pour petit.e.s et grand.e.s dans notre premier verger participatif de Bex mais nous avons aussi envie d’emmener ceux.celles qui le souhaitent à la découverte de personnes qui partagent nos valeurs.

C’est ce que nous avons fait il y a quelques semaines chez la vigneronne spécialisée en biodynamie Marie-Thérèse Chappaz. Un moment magique au cœur de ses vignes.

C’est sur les coteaux de Fully, en Valais, que nous avions rendez-vous en ce beau samedi après-midi de juin.

Pendant plus de deux heures, Marie-Thérèse Chappaz nous a guidés dans son vignoble escarpé.

Fully, le 15 juin 2019. Avec la Fondation Opaline, découverte du domaine de Marie-Thérèse Chappaz avec une balade dans ses vignes, suivie d'une dégustation. Photo © Céline Michel

Pendant deux heures, Marie-Thérèse Chappaz nous a guidé.e.s dans son vignoble.

Elle nous a parlé de ses vignes mais aussi de tout ce qui les entoure, comme ce mur en pierres de Fully qu’elle a refait il y a quelques temps avec l’aide d’ami.e.s. « Nous n’avons utilisé ni ciment, ni mortier. C’est difficile car aucune pierre n’est plate », décrit-elle.

Mur en pierres de Fully réalisé sans ciment ni mortier.

Mur en pierres de Fully réalisé sans ciment ni mortier.

Les participant.e.s à cet atelier-rencontre ont été surpris.e.s de découvrir des vignes avec de longues lignes en travers. « C’est parce qu’on ne sait pas combien de temps les gens vont vouloir faire en haut en bas quand ils travaillent dans les vignes », explique la vigneronne.

Fully, le 15 juin 2019. Avec la Fondation Opaline, découverte du domaine de Marie-Thérèse Chappaz avec une balade dans ses vignes, suivie d'une dégustation. Photo © Céline Michel

Les vignes sont plantées en travers plutôt que de haut en bas.

Durant la balade, Marie-Thérèse Chappaz nous a notamment fait sentir la fleur de vigne. Une odeur proche de celle du tilleul.

Fully, le 15 juin 2019. Avec la Fondation Opaline, découverte du domaine de Marie-Thérèse Chappaz avec une balade dans ses vignes, suivie d'une dégustation. Photo © Céline Michel

L’odeur de la fleur de vigne se rapproche de celle du tilleul.

Elle nous aussi expliqué comment reconnaître les différents cépages en regardant le bourgeonnement de l’apex, soit l’extrémité des rameaux. « Si il est cuivré, c’est que c’est du chasselas. » Un bon moyen d’épater les ami.e.s lors d’une prochaine balade dans les vignes! ;-)

Mais une des grandes particularités des vignes de Marie-Thérèse Chappaz est le nombre de fleurs qu’il y a dans le vignoble. Pour cette experte en biodynamie, la biodiversité est essentielle. « Il y a moins de maladies quand il y a beaucoup de diversité. »

A côté de chaque rangée de ceps, une rangée est laissée à la nature. Un procédé qui ne rend pas le vin meilleur mais qui parait naturel pour cette vigneronne si proche de la terre qui l’entoure.

Vesce, seigle, amarante, serpolet, lotier, millepertuis, origan sauvage, vipérine commune. On écoute la vigneronne nommer les fleurs et les plantes qu’elle rencontre sur notre chemin.

Fully, le 15 juin 2019. Avec la Fondation Opaline, découverte du domaine de Marie-Thérèse Chappaz avec une balade dans ses vignes, suivie d'une dégustation. Photo © Céline Michel

Le vignoble de Marie-Thérèse est un festival de couleurs.

Fully, le 15 juin 2019. Avec la Fondation Opaline, découverte du domaine de Marie-Thérèse Chappaz avec une balade dans ses vignes, suivie d'une dégustation. Photo © Céline Michel

La biodiversité aide la vigne a être en bonne santé.

 

 

 

 

 

 

 

Certaines plantes et fleurs sont là par hasard alors que d’autres ont été semées pour, par exemple, empêcher une mauvaise herbe de s’installer. « Dès que le sol est nu, le liseron a tendance à s’installer. » La vigneronne sème donc des fleurs pour éviter une invasion de liseron. Mais attention, « certaines mauvaises herbes sont bonnes », tient-elle à souligner.

Avant d’arriver à nouveau chez elle pour la partie dégustation, nous passons dans une vigne qui a presque 100 ans. Des vignes avec des pieds en forme de tir-bouchon. « Plus la vigne est vieille, meilleur est le vin. Plus c’est vieux, mieux c’est! », rigole Marie-Thérèse Chappaz.

 

Un pied de vigne de presque 100 ans. Vignoble de Marie-Thérèse Chappaz, Fully (VS)

Un pied de vigne de presque 100 ans.

Et les participant.e.s ont pu le confirmer puisqu’ils.elles ont eu l’immense honneur de pouvoir déguster le vin de cette vigne. Parmi de nombreux autres.

Marie-Thérèse Chappaz nous a déjà promis de nous accueillir à nouveau dans son vignoble l’année prochaine, en mai, lorsque tout sera en fleur. On se réjouit d’avance.

Merci à la photographe Céline Michel d’avoir été là pour immortaliser cet après-midi de rêve.

Pour tout savoir sur les ateliers organisés par La Fondation Opaline, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle en remplissant le formulaire qui se trouve au bas de cette page.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *