NOËL: 3 conseils pour faire des cadeaux pas trop mauvais pour la planète

LA VIE EN PLUS VERT: Le point de vue de Mélanie Blanc, du site La Vie en Plus Simple, sur un monde qui bouge

 

Pour ceux.celles qui ne l’auraient pas encore compris, c’est bientôt Noël! ;-) Et qui dit Noël, dit cadeaux…

Alors, si vous n’avez pas encore été acheter les vôtres voici mes 3 conseils pour faire des cadeaux pas trop mauvais pour la planète.

1. Les labels

On sait que les labels ne sont pas forcément une garantie de qualité mais lorsqu’on y plonge un peu son nez on peut en trouver qui défendent de vraies valeurs.

Opter pour un article « labellisé », c’est déjà montrer qu’on a la volonté d’acheter plus en conscience. Et ça, pour moi, c’est déjà vachement mieux que rien. On sait que certaines enseignes apposent des labels qui relèvent plus du green-washing que de la réelle volonté de faire mieux vu qu’ils ne répondent à aucunes normes internationales mais plus on se renseignera sur le sujet et moins ses labels « berneront » les consommateur.rice.s qui veulent acheter des produits en faisant attention à leur impact environnemental et social.

Au rayon des labels qui ont du bon, vous pouvez par exemple vous tourner vers les sociétés estampillées B-Corp. Dans le descriptif de ce label, on peut lire que cette certification est octroyée aux sociétés commerciales à but lucratif répondant à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance ainsi que de transparence envers le public. La marque Patagonia ou encore la marque Veja en font partie. L’organisation indépendante Public Eye a également édité une brochure qui recense les différents labels dans le domaine de la confection vestimentaire avec les points positifs et les limites pour chacun d’entre eux.

 

2. Les marques locales

Qui dit marques locales ne dit pas forcément marques qui produisent localement. Mais, l’avantage avec les marques « de chez nous », c’est qu’on a l’impression de pouvoir atteindre le comité de direction pour pouvoir leur poser des questions si l’envie nous prend. Pas comme des grandes marques dont le siège est à l’autre bout du monde avec un organigramme sans fin. A condition bien évidemment qu’on arrive à mettre la main dessus.

Au rayon des marques suisses, il y a évidemment les sacs et, depuis quelques années, les habits Freitag. Je porte ce t-shirt compostable, sans coton et fabriqué en Europe depuis des années et je ne m’en lasse pas.

J’aime aussi particulièrement la marque de sacs Qwstion dont leur ligne Bananatex réalisée en fibres de bananiers. Cette griffe zurichoise évolue sans cesse. Récemment, ils viennent même de présenter une ligne Vegan.

Pour les livres et les jeux, je craque souvent pour les articles de la maison d’édition Helvetiq.

 

3. Les magasins indépendants

Privilégier les magasins indépendants plutôt que les grandes chaînes internationales, c’est opter pour des enseignes qui permettent souvent d’établir un contact particulier avec le.a responsable ou les vendeur.euse.s qui ont choisi les produits qu’ils.elles vendent et peuvent donc vous conseiller au mieux en fonction de vos attentes et de vos envies. A l’ère de l’uniformisation, se tourner vers de telles boutiques fait du bien car cela recrée du lien!

 

Opaline est une entreprise en mouvement qui, depuis 10 ans, fait preuve d’une agilité et d’une vision fortement ancrées dans le monde d’aujourd’hui. Un monde qui est en transition vers une économie régénératrice et respectueuse de son cycle de vie. C’est avec vous que nous avons construit cette magnifique aventure dont le rayonnement prend forme aujourd’hui grâce aux actions de La Fondation Opaline pour faire de chaque geste une contribution durable pour la nature. Curieuse parmi les curieux qui suivent nos activités, il y en a une dont nous aimons particulièrement le point de vue et sa manière de la dire, c’est Mélanie Blanc. Elle édite depuis 2013 La Vie en Plus Simple qui est un régal d’humour, d’astuces et de coups de gueule. Ni baba, ni bobo, adepte du less is more, Mélanie fait preuve d’une acuité géniale pour observer les tendances de notre société.

Chaque mois, Mélanie nous concocte une greenletter, une newsletter dans laquelle elle transmet 5 choses qui ont fait vibrer sa corde verte durant les précédentes semaines. N’hésitez pas à vous inscrire pour la recevoir.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *